top of page

Un communiqué de Nicolas Garcia, président du syndicat mixte des nappes de la plaine du Roussillon.


La faible pluviométrie est une réalité qui entraîne une sècheresse historique, mais est-ce que la subir est une fatalité ?

La pluie se fait attendre, les nappes et les cours d’eau, les sols sont à un niveau de crise jamais atteint de mémoire de catalan. Le préfet a pris un arrêté classant l’ensemble du département en niveau d’alerte renforcée accompagnée de restriction complètement inédites pour un mois de février : interdiction de remplissage des piscines privées individuelles et collectives, interdiction de laver les voitures, d’arroser pelouses, plantations, stades, tours d’eau pour les canaux, baisse des volumes d’eau prélevés de 50% pour l’agriculture y compris pour l’ASA de la Raho. Alerte renforcée est le dernier niveau avant celui de crise qui interdit tout usage de l’eau sauf pour la consommation humaine. Il est évident que les maires doivent, par des arrêtés municipaux, relayer celui de la préfecture et se donner les moyens de contrôler avec la police municipale leur exécution. Le syndicat des nappes, la chambre d’agriculture, les services de l’Etat, l’AMF sont chargés d’organiser 4 réunions sur le territoire avec les « gros » consommateurs d’eau afin d’affiner et de répartir les usages au plus près du terrain, ça aussi c’est inédit.

Cependant les restrictions et la pluie ne suffiront pas, c’est une grande bataille en faveur de l’eau qu’il faut mener et le ministre qui reçoit les préfets lundi serait bien aviser d’amener des propositions et l’argent suffisant pour les mettre en œuvre. Réutilisation des eaux de stations d’épuration, aide aux collectivités pour gagner en rendement de réseaux, retenus de stockage, recharge des nappes par les canaux, redonner aux conseils départementaux la possibilité de prendre la compétence eau afin le cas échéant d’organiser la production à l’échelle d’un département, favoriser et financer la recherche de ressources alternatives… Nous sommes les héritiers des hommes qui, il y a des siècles, ont créé des centaines de canaux, des élus qui plus récemment ont construit les barrages de Vinça, Caramany et la retenue de la Raho. Le Département ne reste pas les deux pieds dans le même sabot, il agît, il propose, il a lancé une étude de faisabilité pour la création d’un adducteur entre le barrage Vinça et la retenue de La Raho, il suggère la création d’un syndicat mixte départemental de production permettant de sécuriser en eau potable tous les territoires. Nous pouvons en optimisant la gestion de nos ressources atténuer les conséquences de sècheresses comme celle que nous connaissons en ce moment tout en préservant le pliocène (nappe profonde) pour les générations futures.

47 vues1 commentaire

1 comentário


nadbarnoin
nadbarnoin
06 de mar. de 2023

Bonjour

Les futures constructions seront elles en restriction d’eau ? Seront elles arrêtées en attendant que le niveau d’eau revienne à u´ niveau acceptable en espérant que le potable ne sera pas utilisée, comme pour les plantations et que nous verrons le tarif de l’eau augmenter que chaque foyer devra s’acquitter !

Curtir

ELNE COMM'UNE
IDÉE NEUVE

Pour une Cité ouverte, exemplaire, dynamique, accueillante, conviviale, solidaire.

COLLECTIF

logo idee neuve.jpg
  • Instagram
  • Facebook
bottom of page